• L'amour impossible n'est pas sans raison

    ATTENTION ! fiction traitant de relation en hommes ! Homophobes passez votre chemin !

     

    Chapitre 1 : La rencontre

     

    Hikaru avait promis à son petit frère Shota d'aller voir un spectacle avec lui, mais il n'était plus très motivé pour y aller. Enfin, après maintes supplications de son jeune frère, Hikaru se décida à y aller. Lorsqu'ils arrivèrent, le jour du spectacle, la file d'attente était bondée. Ils s’avancèrent pour prendre place dans ce bain de foule mais ils furent poussés par un petit groupe, Hikaru n’appréciait pas qu’on l’ignore ainsi mais l’un d’eux se retourna pour s’excuser. Hikaru fut fasciné par cet inconnu. Il commença à le fixer. Quand il remarqua que le garçon avait un regard si noir, si mystérieux et si sensuel, il dû serrer la main de son petit frère pour rester sur terre. Le jeune garçon était grand, aux cheveux de jais et avait une certaine prestance. Il suivit du regard le jeune homme qui rejoignait son groupe mais fut ramené à la réalité par son frère qui le tirait par la manche pour qu'il avance. Ils montrèrent leur billet, entrèrent et prirent place. Hikaru repensa à sa rencontre avec ce garçon mystérieux. Il l'avait regardé et il avait su que cet être si mystérieux était son âme sœur mais malgré cela il se dit qu'il ne connaîtrai jamais son nom. Il passa toute la représentation à le chercher des yeux, en vain. Les jours suivants, en retournant au lycée, il eu une surprise inattendue. Ce jeune homme, le jeune homme qu'il avait croisé était dans classe ! Apparemment, celui-ci revenait au Japon après 2 ans passé en Corée du Sud et s'appelait KANG Takeshi.

    un métis ? remarqua Hikaru.

    Le prof demanda à notre jeune homme qui était également délégué de classe de faire visiter le lycée au nouvel arrivant. Hikaru acquiesça, encore sous le charme des beaux yeux noirs du petit nouveau.Il avait une petite appréhension qui grandissait au fil des heures. Malheureusement pour lui, la cloche sonna seulement pour annoncer la pause déjeuner.

     

    _ Morishima-san ?

    _ Oui ? Répondit Hikaru qui finissait de faire son exercice pour ne pas avoir à le faire chez lui.

    _ Je peux manger avec toi ?

     

    Hikaru accepta par reflexe mais au moment où il se redressa enfin pour regarder son interlocuteur, il resta bouche bée. Il avait l'habitude qu'on vienne lui demander de manger avec lui, mais là, c'était Kang-san !

     

    _ Cool, fit Takeshi. Il se retourna en direction de la porte et Hikaru l'interpella

    _ Ah Kang-kun ! Tu ne prends pas ton repas ?

    _ J'en ai pas. Et tu peux m'appeler Takeshi.

    _ Ah..Eu.. D'accord Takeshi. Tu peux aussi m'appeler Hikaru.

     

    Se sentant rougir, Hikaru se plongea dans son casier pour prendre son bentô, il rappela alors à son compagnon :

     

    _Tu devrais aller t'acheter ton repas sinon il ne va plus rien te rester.

    -Ah ! Tu as raison.

     

    En vérité, notre mystérieux jeune homme n'était pas aussi insensible qu'il n'y paraît au charme du petit Hikaru.

    Lorsqu'il revint, ils collèrent leur table et commencèrent à manger. Takashi lança la conversation:

     

    _Oh ! Ça à l'air bon, ta mère doit être une formidable cuisinière !

    -C'est... c'est moi qui l'ais fait répondit timidement Hikaru

    -Sérieusement ?! Moi je suis nul en cuisine.

    -Mais ta mère ne te fait pas tes bentôs ?

    -Je vis seul en fait.

    -Si tu veux je peux te faire tes bentôs.

    -Non ! C'est vrai ?! T'es génial Hikaru !

    _ De... De rien répondit Hikaru devenu rouge pivoine après avoir croisé le regard sensuel de Takeshi. Il détourna le regard pour ne pas sombrer dans cette abîme.

     

    Takeshi continua pour changer de sujet :

    _Hikaru ?

    _O…oui ?

    _Est-ce que tes yeux sont naturels ? Parce j'ai remarqué qu'ils étaient bleus nuit au lieu de noir et ce n’est pas une couleur courante.

    _ Oui, je ne porte pas de lentilles. Ils sont « blues night » comme dit mon petit frère.

    _ C'est le petit garçon qui t'accompagnait au spectacle ?

    _ Oui, il s'appelle Shôta.

    _ Encore désolé pour mes potes.

    _ Tu devrais plutôt t'excuser auprès de Shôta, il était très remonté.

    _ Pas de soucis.

     

    Ils se mirent à rire et au même instant la cloche sonna pour annoncer la fin de la pause.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :